Web www.claude-bolling.com

 



Pianiste,compositeur, arrangeur et chef d'orchestre, Claude Bolling est sans doute actuellement l'un des musiciens français les plus réputés dans le monde, dans les domaines allant du jazz à la variété et la musique de film.

Dès les premières leçons de piano, il trouve dans la musique la passion de sa vie, l'univers idéal où sa sensibilité artistique peut donner libre cours à sa créativité.

Bien que né à Cannes le 10 avril 1930, Claude Bolling a toujours vécu à Paris, malgré un intermède niçois pendant l'Occupation, au cours duquel il reçoit l'enseignement précieux de Marie-Louise "Bob" Colin, pianiste, trompettiste et batteur dans un des nombreux orchestres féminins à la mode dans l'entre-deux-guerres.

Ayant, par un de ses camarades d'école, découvert le monde magique du jazz, il a tôt fait de s'intéresser à Thomas "Fats" Waller, dont la musique festive ne manque pas de l'attirer. Il est encore en culottes courtes quand, en 1945, il remporte le tournoi des amateurs, organisé par Jazz Hot et le Hot Club de France à Paris. Son champ d'intérêt s'étend rapidement aux autres maîtres du piano : Willie "The Lion" Smith, Eroll Garner et Earl Hines dont il est le disciple.

Il a seize ans lorsqu'il organise sa première formation avec quelques jeunes musiciens de talent, enregistrant son premier disque à dix-huit ans. Mais la vie professionnelle lui fait ressentir le besoin d'acquérir un authentique bagage musical. Germaine Mounier (piano classique), Léo Chauliac (piano jazz), Maurice Duruflé (harmonie), André Hodeir (contrepoint, orchestration, écriture jazz) seront ses maîtres formateurs.

Après un service militaire passé dans la "Musique" du Premier Train des Equipages, où il joue du trombone et des percussions, c'est par le jazz que Claude Bolling entre dans la profession. Il fait les beaux soirs de tous les établissements à la mode Club Saint-Germain, Vieux Colombier, Caveau de la Huchette… autant de lieux emblématiques d'une activité jazzistique intense. Les grands solistes américains de passage en France ne manquent pas de faire appel à lui. Il participe aux séances d'enregistrement et aux concerts de Rex Stewart, Buck Clayton, Lionel Hampton, Albert Nicholas, Roy Eldridge… devenant une des personnalités les plus en vue du monde du jazz à Paris.

Claude Bolling doit au jazz d'avoir fait la connaissance de Boris Vian, pour lequel il écrit les arrangements des "Chansons Possibles et Impossibles". Le succès de ce disque lui met le pied à l'étrier dans le monde des variétés. Plusieurs artistes célèbres à partir des années cinquante et soixante lui confient alors la direction musicale de leurs réalisations : Sacha Distel, Jacqueline François, Juliette Greco, Henri Salvador, Brigitte Bardot… font appel à lui pour leurs albums. Et c'est à l'un d'entre eux, Dario Moréno, vedette d'une production cinématographique, qu'il doit d'écrire sa première musique de film. Il est aussi le créateur du groupe des "Parisiennes".

René Clément l'engage ensuite pour écrire la partition de "Le Jour et l'Heure". Il commence alors une véritable carrière de compositeur de musique de films. Il en a, à ce jour, écrit plus de cent, dont certaines ont été d'immenses succès (Borsalino, Louisiane, Flic Story, Le Magnifique, The Awakening, California Suite...).

Animant dans les années soixante les grandes émissions télévisées de variétés d'Albert Raisner, de Maritie et Gilbert Carpentier, de Jean-Christophe Averty…, il compose pour la télévision de nombreuses musiques, dont certaines restent dans toutes les mémoires (Les Brigades du Tigre, La Garçonne, Le Clan…).

 

L'expérience professionnelle et ses succès confèrent à Claude Bolling une autorité incontestée parmi ses collègues musiciens, lui permettant de travailler avec les plus grands noms de la profession, toutes musiques confondues. Il invente ainsi une forme nouvelle d'expression, sorte de patchwork musical, la "Crossover Music", qui fait, sans les dénaturer, cohabiter, dans des pièces très organisées, les syntaxes du jazz et du classique. Sa Suite pour Flûte et Jazz Piano Trio, écrite à l'intention de Jean-Pierre Rampal et enregistrée avec lui, connaîtra un immense succès aux Etats-Unis. Elle restera 530 semaines au hit parade et obtiendra les disques d'or et de platine. L'expérience se reproduira par la suite avec Alexandre Lagoya, Pinchas Zukerman, Maurice André, Yo Yo Ma, l'English Chamber Orchestra, Patrice et Renaud Fontanarosa, Marielle Normdann, Guy Touvron, Eric Franceries

Le talent de Claude Bolling a pu s'exprimer dans toutes les formes d'expression musicale. Cependant, l'homme reste dans son tréfonds, un musicien de jazz qui continue à vibrer pour un solo de ragtime, pour un air de boogie, pour une orchestration de Sy Oliver. Dès l'âge de 26 ans, le pianiste devenir chef et réalise son rêve Ellingtonnien d'un Big Band. Cette grande formation, composée de musiciens de très grand talent travaillant avec lui depuis de longues années, ne tarde pas à faire reconnaître ses qualités exceptionnelles. Il a fait le tour du monde : invité aux Etats-Unis, en Asie, en Amérique du Sud, au Mexique… c'est partout un immense succès auprès d'un public large, conquis par le caractère populaire du jazz. En 2016, le Claude Bolling Big Band fête ses 60 ans, atteignant une longévité exceptionnelle pour ce genre de formation.

Claude Bolling et Duke EllingtonClaude Bolling se fait alors serviteur des musiques de Duke Ellington, de Count Basie, de Jimmie Luncefor, de Glenn Miller… Ses albums sont le reflet de ce répertoire immortel, mais sont également l'occasion de présenter ses propres compositions écrites dans le respect d'une grande tradition. Il peut aussi accueuillir les plus grandes personnalités du jazz, tels que les chanteurs Joe Williams, Carmen McRae, Dee Dee Bridgewater, et les instumentistes Willima "Cat" Anderson (tp), Dizzy Gillespie (tp) Jon Faddis (tp), Sam Woodyard (dm), Rhoda Scott (organ). Claude Bolling a même pu faire jouer ensemble son big band et celui d'Illinois Jacquet ou le Duke/Mercer Ellington Orchestra. Sa rencontre avec Stéphane Grappelli en 1991 dans l'album First Class (Django d'Or et Prix du HCF 1993) fait partie des grandes réussites phonographiques.

La palette du talent de Claude "Bollington", comme l'avait affectueusement surnommé Boris Vian, s'est en 1996 élargie à la musique de scène, avec sa participation à la création, en première mondiale sur la scène du Théâtre National de Chaillot, de A Drum is a Woman, la composition de Duke Ellington, son maître et ami, mise en scène par Jérôme Savary.

Aujourd'hui, Claude Bolling occupe, par son rayonnement personnel, le rôle d'ambassadeur itinérant de la France dans le monde. Il œuvre à la reconnaissance du jazz et d'une école, comme l'ont fait les deux grands maîtres français, Django Reinhardt et StéphaneGrappelli.

 

Fremeaux & Associés
Accueil | Actualités | Biographie | Discographie | Concerts | Presse | Contacts | Liens | Media
Copyright © 2012 - Claude Bolling - Tous droits réservés
Spedidam